Digital Media / Dark Music Kultüre & more

Articles

Ténèbres, puits sans fond. Obsküre plonge, fouine, investigue, gratte et remonte tout ce qu’il peut à la surface

Image de présentation
Interview
04/08/2019

Wayne Hussey

À propos de l’autobiographie 'Salad Daze'

Photographies : Archives personnelles de Wayne pour 'Salad Daze' (avec son autorisation)
Posté par : Emmanuël Hennequin

Salad Daze a été le titre d’une compilation de sessions BBC de The Mission, sortie en 1994. C’est aussi le titre de l’autobiographie de Wayne Hussey, frontman de Mission, ex-Sisters Of Mercy, ex-Dear Or Alive et ex-Mogadons.
Le livre revient sur sa jeunesse et ses premières expériences musicales, Sisters Of Mercy inclus. Un second tome pourrait suivre, consacré à The Mission. Dans l’attente, une tournée solo portant le titre Salad Daze aura lieu en Europe à la rentrée et le fort aimable Wayne passera par Paris le 26 septembre 2019, sous l’impulsion du vigilant Boucanier. D'autres dates sont prévues en France, entre autres à Angers, Brest, Montpellier, Lyon et Bordeaux. C’est dans ce contexte, trois ans après la parution du dernier opus studio de Mission, Another Fall From Grace, qu’ Obsküre est parti à sa rencontre afin de parler de la vie, la sienne surtout, des jours présents et du futur. La musique est du voyage, un peu tout le temps – forcément.
 
Obsküre : L'autobiographie tourne autour de tes années de vie avant Mission. Les racines s’y exposent. Comment expliques-tu ce besoin que tu as eu de coucher ces souvenirs sur le papier ?
Wayne Hussey : On m'avait demandé plusieurs fois auparavant d'écrire mon autobiographie, mais je préférais toujours passer mon "temps créatif" à faire de la musique. Après le dernier album de Mission, Another Fall From Grace, je me suis senti vidé sur le plan musical, comme stérile. J'ai alors décidé que l’âgé de soixante ans environ offrait un très bon moment pour faire autre chose durant un certain temps. Alors j'ai écrit sur ma vie. Écrire un livre est une discipline très différente de la composition musicale et je n’étais pas sûr d’avoir la capacité ni la diligence de le faire. Mais je me suis surpris et ai vraiment apprécié le processus. Écrire un livre, comme n'importe quelle production artistique, repose peut-être sur 10% d'inspiration et 90% de transpiration. Le livre a peut-être pris deux ans à atteindre l’état de complétude bien que pendant ce même temps, j'aie toujours tourné à la fois avec le groupe et en solo, et aie également écrit et enregistré un album instrumental : la bande originale de la pièce brésilienne As As Irmás Siameses, (NDLA : pièce impliquant son épouse, Cynthia) en plus d'être impliqué dans d’autres collaborations.

Salad Daze était déjà le titre d’une ancienne compilation de BBC Sessions de The Mission. Pourquoi l’avoir réutilisé pour le livre ?
Salad Daze est une expression idiomatique shakespearienne désignant une période de jeunesse, marquée par l'inexpérience, l'enthousiasme, l'idéalisme, l'innocence ou l'indiscrétion que l'on associe à une personne jeune. Une utilisation plus moderne, en particulier aux États-Unis, fait référence à un âge d'or, à une période où une personne est au sommet de ses capacités – pas nécessairement dans sa jeunesse. La citation "salad days" est tirée de la pièce de théâtre shakespearienne Antony & Cleopatra et est issue de l'acte I, scène V, de Cléopâtre. Merci à Wikipédia pour cette explication. J’ai changé le mot "jours" (NDLA : "days") en "daze", car c’était dans cet état (NDLA : "daze" pour hébétude, sorte d'état étourdi) que j’ai vécu une grande partie de ma jeunesse. L’album de Mission Salad Daze était pour sa part, en effet, un recueil de nos séances radio à la BBC des premières années et cela semblait bon à réutiliser pour mon livre. Il l’emporte donc face à A Punnet Of Cockles & Winkles qui a été prétendant au titre pendant une matinée environ (NDLA : facétieux, Wayne ? Vous disiez facétieux ?). Curieusement, peu de personnes ont déjà souligné le fait que j'utilise l’expression "Salad Daze" pour la deuxième fois.
 
L'enfance est ce moment où un homme se cherche et construit ses fondations, entouré de personnes clefs. Selon toi, qui ont les personnes déterminantes dans le cercle familial ou extérieur, et pourquoi ?
Les parents bien sûr, comme pour la plupart des gens. Ils m'ont donné un code pour vivre ma vie. Pour le bien comme pour le mal, mais surtout pour le bien. Pete Burns a eu une grande influence sur moi quand j’étais plus jeune, mais la personne la plus influente, je crois, celle qui m’a aidé à devenir la personne que je suis est mon ami, Kris Guidio, père de Severina (NDLA : prénom titre d'un fameux single de Mission, période Gods Own Medicine). Kris m'a fait découvrir la nouvelle musique, la littérature, l'art, la poésie, les films et la drogue, qui m'ont ouvert l'esprit à une époque où j'étais jeune, ouvert, curieux et cherchant ma propre voie dans ce monde.

Du point de vue culturel, qu'est-ce qui a été déterminant dans ta jeunesse, pour ton avenir personnel ?
Bien sûr, toutes les questions que tu me poses ont une réponse détaillée dans le livre mais quand j'étais jeune, je voulais être footballeur. Les footballeurs étaient et sont toujours mes héros. Et puis je voulais être une rock star. Les musiciens sont devenus mes héros, le premier étant Marc Bolan & T. Rex, suivis de Bowie. Il y a des livres aussi. J'ai toujours été un lecteur assidu, mais un livre que je me souviens avoir lu lorsque je suis arrivé à Liverpool à la fin des années 1970 s’intitulait Short Lives : il présentait un condensé d'artistes, acteurs, poètes, musiciens, peintres qui avaient vécu toute leur vie comme des étoiles filantes et s’étaient brûlé les ailes avant de mourir jeunes. Ce livre a beaucoup influencé ma façon de penser pendant de nombreuses années.  

Ta tournée solo pour Salad Daze revisitera-telle de vieux classiques personnels, je veux dire par là des airs que tu as aimés à l’époque, ou livreras-tu une setlist plus "attendue" mêlant morceaux de Mission et titres solo ?
Je dispose de plus de deux cents chansons dans lesquelles je peux piocher chaque soir. Il n'y a pas deux spectacles identiques. Bien entendu, j'ajouterai des choses à ce répertoire une fois que je commencerai à préparer et à répéter pour la tournée, y compris une version de la toute première chanson que j'ai écrite - c'est assez bon, et très court… Et j'aime bien cette idée que tu suggères de trouver quelques chansons qui m’ont marqué enfant, mon imagination entre déjà en résonance avec cette idée… il y aura bien sûr aussi des chansons classiques et bien connues de Mission.

Tu as créé un environnement entièrement dédié à la publication de l’autobiographie avec ces célèbres listes de musique accompagnant le livre sur le web. Est-ce que cette idée est venue tôt dans le processus de fabrication de Salad Daze, ou a-t-elle surgi seulement après l'achèvement de l'écriture ?
L'idée des listes de lecture est venue pendant que j'écrivais le livre. En fait, c'est un ami qui me l'a suggérée il y a quelques années. Il créait ses propres listes de lecture à partir de chansons mentionnées dans les premiers chapitres que je l'avais laissé lire. J’ai pensé que c'était une excellente idée et quelque chose que je pourrais inclure en tête de chaque chapitre. Et puis histoire de pousser l’idée un peu plus loin, j’ai préparé des listes de lecture pour les lecteurs sur YouTube et Spotify. L'idée est que cela peut être une expérience plus immersive en écoutant les listes de lecture pendant la lecture du livre.

Imagines-tu possible un retour à l’écriture pour The Mission l’année prochaine ? Y penses-tu un peu ?
La source de créativité se reconstituant, je ressens déjà le besoin de faire de la musique, et j’ai commencé à m’amuser à partir de nouvelles idées. Ce qu’elles finiront par être, je ne le sais pas encore. Je ne sais pas, à ce stade du processus, s’il s’agit d’un projet de groupe ou solo ou d’autre chose. Je suis juste en train d'écrire. The Mission prévoit de faire une tournée l’année prochaine, mais je ne vois pas comment un nouvel album pourrait coïncider. Et puis de toute façon, j'ai aussi mon deuxième livre à finir d'écrire… ha !

Quel homme es-tu devenu ? Qu'est-ce qui, en somme et substance, n'a pas changé en toi, crois-tu, par rapport au jeune homme de vingt ans ? Et qu'est-ce qui a changé ?
Je suis un homme plus âgé. Pas nécessairement plus sage mais certainement plus expérimenté. Je suis beaucoup plus détendu aujourd'hui qu'à vingt ans. Bien que j'aie probablement perdu un billion de milliards de cellules cérébrales, j'ai toujours mes cheveux et toutes mes dents. J'ai aussi des cheveux à des endroits où il n’y en avait pas quand j'avais vingt ans… et je n’aime pas trop ça, pour être honnête. Mon amour pour la musique et le football n’a pas changé et ça, c’est une constante. Comme mon dédain pour les ignorants et les impolis.
Je pense aussi être une personne plus douce aujourd’hui. Je regarde les couchers de soleil et les levers de soleil et écoute le chant des oiseaux le matin. Je suis toujours motivé et ambitieux, mais j’ai maintenant des priorités et valeurs différentes. Il n’est plus important pour moi d’avoir un succès "commercial". Le "succès" est une idée plus nuancée qu’à l’âge de vingt ans. Le succès a pu être mesuré matériellement, il se mesure maintenant spirituellement. À vingt ans, j’avais tellement à dire, en même temps je ne savais pas comment le dire… Aujourd’hui, à soixante ans, je peux assez bien m'exprimer, mais je me rends compte qu'il n'y a, finalement, pas grand-chose à dire.

'Salad Daze'
  • Editeur : Music Sales
  • Broché, 304 pages
  • 15,9 x 23,5 cm
  • ISBN-10 : 1785586602
  • ISBN-13 : 978-1785586606